La trame verte et bleue: un outil d'aménagement du territoire

Chaque année, près de 70 000 hectares de terres sont grignotés par l’urbanisation, l’industrialisation, le développement des infrastructures de transport et les cultures intensives. La dégradation et la fragmentation des milieux naturels qui en découlent sont des causes majeures de la perte de biodiversité. Ce constat n’est pas nouveau, ce qui change, c’est la prise de conscience collective des enjeux associés à la préservation des milieux : protection des ressources, prévention des risques, attractivité des territoires, etc.

Instaurée par la loi Grenelle 2 de 2010, la Trame verte et bleue (TVB) associe l’État et les collectivités et, en premier lieu, les régions à travers les schémas régionaux de cohérence écologique élaborés avec l’ensemble des parties prenantes : élus locaux, organismes socio-professionnels, associations, scientifiques, citoyens... Elle s’intéresse tant aux milieux terrestres, la composante verte, qu’aux milieux aquatiques, la composante bleue, qui comprend zones humides et ripisylves, en plus des fleuves, rivières, canaux, étangs et qui s’étend jusqu’aux zones littorales. Le bleu et le vert sont donc indissociables. Par ailleurs, la TVB intègre non seulement les espaces où la biodiversité est la plus riche mais également les corridors écologiques, espaces de vie et de déplacement des espèces.

L’AFB aux côtés des élus et des partenaires locaux

Par ses activités sur la continuité et l’hydromorphologie des cours d’eau, les zones humides, ou encore les migrateurs, l’AFB concourt à la mise en place de la TVB. À l’échelle nationale, l’AFB participe aux travaux méthodologiques et à l’animation des réseaux d’acteurs, et anime le centre de ressources TVB. Il est également membre du Comité national TVB dont les avis aident à orienter les politiques publiques.

Ses actions sur le terrain sont nombreuses et essentielles : apport de données, de méthodes, de retours d’expériences et d’avis techniques et d’expertise contribuant à la restauration de la continuité des cours d’eau en application de la révision du classement des cours d’eau, aux côtés des services de l’État (DREAL, DDT) et des agences de l’eau, organisations de rencontres nationales et locales avec différents partenaires (AFEPTB, VNF, CNFPT, FNPF, etc.) pour sensibiliser tous les acteurs et mobiliser les maîtres d’ouvrage.