Site français

Pollutions et contaminants

La réduction de la pollution est devenu un enjeu majeur depuis de nombreuses années, suite au constat de ses conséquences sur la santé des écosystèmes et donc sur l'humain. Il est pour cela nécessaire d'améliorer les connaissances sur les natures des pollutions, les mécanismes, et de se doter d'outils techniques et réglementaires.

Selon l'angle d'approche, les pollutions se distinguent par  :

  • leur nature : physique (sonore, lumineuse, thermique, électromagnétique, radioactive...), chimique (incluant l'origine organique) ou génétique,
  • le mode de diffusion ou fréquence : diffuse, ponctuelle, chronique, intermittente...,
  • l'origine : industrielle, agricole, urbaine,
  • le milieu ou élément touché : eau, air, sol, espace.

Gouvernance mondiale de la pollution

La Convention sur la préservation de la diversité biologique (CDB) a été élaborée en date du 5 juin 1992 sous l’égide du programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Le protocole de Nagoya a été élaboré lors de la 10e Conférence des parties en 2010 dans le cadre de la CDB. Il comprenait l’adoption d'un plan stratégique 2011-2020, incluant 20 sous-objectifs appelés objectifs d’Aichi
L’objectif 8 a trait à la question de la pollution : « D’ici à 2020, la pollution, notamment celle causée par l’excès d'éléments nutritifs, est ramenée à un niveau qui n’a pas d’effet néfaste sur les fonctions des écosystèmes et la diversité biologique. »

Le programme de développement durable à l’horizon 2030 a été adopté par les dirigeants du monde en septembre 2015 lors d’un sommet historique des Nations Unies. Au 1er janvier 2016, les 17 objectifs de développement durable (ODD) sont entrés en vigueur.
3 de ces ODD traitent directement des questions de pollutions :

ODD n°6 - Eau propre et assainissement

ONU ODD6

6.3

D’ici à 2030, améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, en éliminant l’immersion de déchets et en réduisant au minimum les émissions de produits chimiques et de matières dangereuses, en diminuant de moitié la proportion d’eaux usées non traitées et en augmentant considérablement à l’échelle mondiale le recyclage et la réutilisation sans danger de l’eau.

6.6

D’ici à 2020, protéger et restaurer les écosystèmes liés à l’eau, notamment les montagnes, les forêts, les zones humides, les rivières, les aquifères et les lacs

ODD n°12 - Consommation et production durable

ONU ODD12

12.4

D’ici à 2020, instaurer une gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques et de tous les déchets tout au long de leur cycle de vie, conformément aux principes directeurs arrêtés à l’échelle internationale, et réduire considérablement leur déversement dans l’air, l’eau et le sol, afin de minimiser leurs effets négatifs sur la santé et l’environnement

12.5

D’ici à 2030, réduire considérablement la production de déchets par la prévention, la réduction, le recyclage et la réutilisation

ODD n°14 - Vie marine

ONU ODD14

14.1

D’ici à 2025, prévenir et réduire nettement la pollution marine de tous types, en particulier celle résultant des activités terrestres, y compris les déchets en mer et la pollution par les nutriments.

Sommaire

Le domaine essentiellement développé actuellement touche aux pollutions chimiques, et notamment vis-à-vis des milieux aquatiques et de l'eau.

Réduire les pollutions chimiques et leurs conséquences nécessite une connaissance fine des polluants chimiques, de leur nature, leurs particularités et les mécanismes qui entrent en jeu, ainsi que de d'outils à la fois techniques et réglementaires afin de pouvoir agir.

Nouveautés

Guide pour l’évaluation de la dangerosité des sédiments contaminés en eau douce - Une démarche graduée pour estimer le danger

Ce guide propose une démarche permettant d'évaluer le danger potentiel relatif aux sites d'accumulation de sédiments d'eau douce continentale (ouvrages et voies navigables), notamment en amont de travaux ou d'opérations susceptibles d'impliquer un curage, un dragage ou une remise en mouvement de sédiments potentiellement contaminés. Il est également adapté au diagnostic des causes de déclassement en mauvais état d'un site lors de suivi de qualité dans un contexte DCE.

[Série vidéo] Méthod'eau, les micropolluants vus par les sciences humaines et sociales

En partenariat avec l'Agence française pour la biodiversité, Arceau-IdF s'est proposé de réaliser une synthèse des résultats des équipes SHS sous la forme de plusieurs courts-métrages. Cela a permis de rendre visible les progrès d'expertise dans le champ des micropolluants dans les eaux urbaines, et de mettre ces connaissances à disposition de gestionnaires de l'eau, collectivités territoriales, acteurs de bassins, mais aussi du grand public.

Lutter contre les micropolluants dans les milieux aquatiques : quels enseignements des études en sciences humaines et sociales ? n°32

En dépit des progrès pour traiter les eaux usées, de nombreux micropolluants se retrouvent dans les milieux aquatiques. Cette pollution invisible à l'oeil nu est un enjeu de société : ce sont nos modes de production et de consommation qui sont responsables. Qu'elle soit ou non accompagnée d'innovations techniques, la lutte contre les micropolluants requiert obligatoirement des changements de pratiques dans le milieu professionnel, l'espace public et à la maison.