Gestion des émissions et des transferts de contaminants vers les milieux aquatiques

La conservation ou l’atteinte du bon état des masses d’eau nécessite la mise en œuvre de différentes mesures de gestion au niveau des bassins versants. Ces mesures nécessitent dans un premier temps d’identifier les sources ou gisements de polluants, de gérer et réduire leur introduction dans les milieux aquatiques, comprendre les mécanismes régissant leurs transferts, évaluer leurs impacts potentiels afin de mieux choisir les solutions opérationnelles à mettre en place.

La réduction des contaminants à la source est un objectif clé, qui doit être privilégié avant tout, si elle s’avère réalisable d’un point de vue technico-économique.

Sommaire

Les pollutions diffuses agricoles sont l’une des causes principales de la dégradation des masses d’eau en France et en Europe. L’objectif pour les services de l’Etat et les gestionnaires est de réduire les concentrations en nitrates et pesticides présents dans les ressources en eau prioritaires identifiées au titre des directives européennes. Pour cela, des actions visant à prévenir ces pollutions doivent être mises en œuvre. 

La Directive Cadre sur l’Eau 2000/60/CE (DCE), sa Directive fille et les Plans Micropolluants de 2010-2013 et de 2016-2021 imposent de connaître et de réduire (voire de supprimer) les émissions de substances dangereuses vers les milieux récepteurs pour préserver la qualité des milieux aquatiques et la santé des personnes.

Le Grenelle de l’Environnement a souligné la nécessité d’une amélioration de la gestion des sédiments. Il est en effet nécessaire de limiter l’impact des travaux de dragage et de la gestion à terre des sédiments extraits sur la qualité des milieux récepteurs.

La Directive cadre sur l’Eau a instauré la mise en place de Programmes de mesures (PdM) au niveau des grands bassins hydrographiques, afin de restaurer ou de préserver les masses d’eau à risque. S’agissant des volets pollutions chimiques, il existe un besoin fort de disposer de solutions efficaces de réduction des émissions polluantes, qui soient adaptées à la fois aux substances prioritaires concernées et aux activités générant ces émissions.