Biodiversité et fonctionnement des milieux aquatiques / Priorités d’actions 2019-2021

L’AFB soutient des travaux de recherche sur les milieux aquatiques continentaux dans le but d’améliorer l’état et le fonctionnement de la biodiversité.

Une grande part de ces travaux est dédiée au développement de nouveaux outils pour suivre et évaluer la biodiversité des milieux aquatiques. Via ces développements, l’AFB contribue à la mise en œuvre de l’évaluation de l’état écologique (pierre angulaire de la directive cadre européenne sur l’eau, DCE). D’autres développements visent à fournir des outils de diagnostic capables d’orienter les mesures de restauration des écosystèmes.
Par ailleurs, l’AFB apporte son expertise et soutient des actions de recherche pour la préservation d’espèces patrimoniales et pour le contrôle des espèces exotiques envahissantes des milieux aquatiques.

En métropole, les actions sont orientées sur 2 enjeux principaux :

  1. évaluation de l’état écologique,
  2. caractérisation de la biodiversité et du fonctionnement des milieux aquatiques.

Feuille de route Recherche, développement et innovation / Référents : Nicolas Hette-Tronquart & Nicolas Poulet

Consulter les ressources sur la page État et qualité écologiques vis-à-vis de la directive-cadre sur l'eau (DCE)
En lien avec ce programme, consultez également les programmes des pôles de recherche et développement ainsi que le programme Outre-mer.

1. Évaluation de l’état écologique des masses d’eau au sens de la DCE

Objectif général : mettre à disposition des gestionnaires des méthodes de bioindication et de diagnostic de l’état écologique pour les cours d’eau (dont grands et très grands cours d’eau).

Finalités opérationnelles

  • Mettre à disposition des outils de bioindication et de diagnostic écologique
  • Accompagner l’inter-étalonnage européen des outils de bioindication existants
  • Améliorer la connaissance de la sensibilité des indicateurs aux altérations hydromorphologiques et toxiques
  • Proposer des outils d’aide à l’extrapolation spatiale de l’état écologique pour améliorer l’évaluation de l’ensemble des masses d’eau à partir des observations réalisées à l’échelle stationnelle
  • Améliorer la cohérence de l’évaluation des masses d’eau continentales avec celle des masses d’eau situées plus en aval (estuaires, eaux côtières)
  • Participer à la mise en place de méthodologies d’évaluation du bon potentiel écologique
  • Mettre en place des programmes de recherche permettant d’estimer les incertitudes dans l’évaluation de l’état écologique
  • Accompagner le développement de méthodes innovantes (télédétection, ADN environnemental) pour l’évaluation de la qualité écologique des milieux (très grands cours d’eau et plans d’eau notamment)

2. Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes

Objectif général : mettre au point des indicateurs de biodiversité et de fonctionnement des milieux aquatiques ; apporter un appui technique et une expertise scientifique aux plans nationaux et stratégies nationales en vigueur ; accompagner le développement de méthodes innovantes de suivi des milieux et des populations ; encourager les travaux de biologie de la conservation.

Finalités opérationnelles

  • Mettre au point des indicateurs de biodiversité et de fonctionnement des écosystèmes permettant de mieux évaluer la vulnérabilité des écosystèmes aquatiques ainsi que leur capacité de résilience (trajectoires post-restauration)
  • Mettre au point des méthodes et des indicateurs permettant d’évaluer les différentes fonctions et services rendus (sur la base de l’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques ‘EFESE’) par les milieux aquatiques ;
  • Mettre en place des actions permettant de mieux comprendre les effets du changement global (réchauffement climatique, fragmentation) et des espèces exotiques envahissantes sur les milieux aquatiques ; favoriser les transversalités avec les sciences humaines et sociales sur ces grandes thématiques
  • Accompagner la mise en œuvre de la stratégie nationale de gestion des poissons migrateurs, en particulier du plan de gestion « Anguille » ; apporter les connaissances nécessaires à la conservation et à la restauration des populations d’espèces aquatiques protégées (moule perlière, écrevisses, etc.)
  • Apporter un appui technique à la mise en œuvre du règlement européen sur les espèces exotiques envahissantes et à la stratégie nationale en découlant
  • Accompagner la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la biodiversité (SNB)
  • Accompagner le développement de méthodes innovantes (hydroacoustique, barcoding/metabarcoding, ADN environnemental, etc.) pour le suivi de la biodiversité
  • Dynamiser les actions trans-milieux permettant d’évaluer les effets réciproques de la qualité écologique des écosystèmes terrestres, aquatiques et marins les uns par rapport aux autres (e. g. intrants agricoles, espèces migratrices) ; favoriser les travaux sur les continuités écologiques et les écotones (ripisylves notamment)
  • Favoriser les travaux sur l’état sanitaire des populations animales et pathogènes (chytrides, Aphanomyces, cyanobactéries, moustique tigre, Anisakis etc.)