Hydromorphologie et continuité écologique

Près de 60 000 barrages, écluses, seuils ou encore anciens moulins désaffectés barrent les cours d’eau en France. A l’origine de profondes transformations de la morphologie et de l’hydrologie des milieux aquatiques, ils perturbent la vie aquatique et le transfert des sédiments dans les cours d’eau. Ils sont autant d’obstacles infranchissables pour les organismes aquatiques qui doivent pourtant pouvoir circuler librement afin d’accéder aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance ou encore leur alimentation, et ce de la mer aux rivières lorsqu’il s’agit des poissons migrateurs. Si environ 2 000 obstacles sont utilisés pour la production d’électricité, la grande majorité d’entre eux, en revanche, est sans usage avéré.

L’altération de la continuité écologique des cours d’eau compromet l’atteinte du bon état écologique des milieux aquatiques, objectif fixé par la directive cadre sur l’eau. C’est pourquoi les réglementations française et européenne - directive cadre sur l’eau, loi sur l’eau, plan national de gestion pour l’anguille, loi Grenelle, plan national de restauration – convergent désormais vers l’obligation de restaurer la continuité écologique dans les milieux aquatiques. Ils conduisent collectivement les acteurs de l’eau à augmenter les efforts et à démultiplier les actions en faveur de cette restauration.

La priorité est donc aujourd’hui d’inventorier l’ensemble des ouvrages existants, d’identifier les obstacles les plus problématiques, de susciter l’émergence d’une maîtrise d’ouvrage publique pour la suppression des ouvrages abandonnés et de faire appliquer la réglementation sur les cours d’eau classés. Un vaste chantier dans lequel l’AFB a un rôle majeur à jouer, en synergie avec les agences de l’eau et les services de l’Etat (DREAL, DDT) en interactions avec les acteurs locaux.
 

Restaurer la continuité écologique

La mise en oeuvre du plan national pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau est un défi majeur et implique une action coordonnée de l’ensemble des acteurs de l’eau.


Outre la réalisation de l’inventaire national de tous les obstacles présents sur les cours d’eau et sa participation à l’identification des obstacles les plus problématiques, l’AFB sensibilise et mobilise les différents acteurs de l’eau pour entreprendre des actions de restauration de la continuité écologique, notamment la suppression d’ouvrages abandonnés.

Sur l’ensemble du territoire, les agents de l’AFB apportent des avis sur le diagnostic des impacts des obstacles, conseillent sur les solutions envisageables et apportent une expertise technique lors du suivi des travaux.

Afin de mobiliser les acteurs publics concernés par le plan national de restauration de la continuité écologique - services de l’État et de l’Onema, agences de l’eau - l’AFB et le ministère en charge du développement durable ont organisé une journée de sensibilisation. Plus de 200 personnes se sont réunies à Paris pour échanger sur les cinq piliers fondamentaux de ce plan et sur des démarches originales.
 

L’AFB en Région - Auvergne-Limousin : Un exemple de restauration de la continuité écologique : quatre ouvrages effacés sur la Dore
Dans le département du Puy-de-Dôme, le bassin versant de la Dore moyenne est jalonné d’environ 300 moulins pour un linéaire de 200 kilomètres de cours d’eau. Un obstacle tous les kilomètres rompt ainsi la continuité écologique sur la Dore et ses affluents, classés pour la plupart d’entre eux « rivières à poissons migrateurs » au titre de l’article L. 432.6 du code de l’environnement. Seuls 2 à 3 % de ces moulins sont encore en usage aujourd’hui. En 2010, quatre ouvrages de ces moulins ont été effacés totalement ou partiellement, avec l’accord des propriétaires qui ont abandonné leur droit d’usage. Deux ouvrages ont également été équipés de dispositifs de franchissement pour les poissons migrateurs. Les travaux d’effacement, financés par l’agence de l’eau Loire Bretagne, le conseil régional et les collectivités, ont été réalisés dans le cadre du contrat de restauration entretien « Dore moyenne ».

Les agents de l’AFB ont apporté leur expertise technique et juridique pour définir les priorités d’intervention, adapter les cahiers des charges et suivre la réalisation du chantier. La restauration de la continuité écologique sur la Dore ne fait que débuter. L’AFB s’attache à guider les différents acteurs pour prioriser les actions de demain conformément au Grenelle de l’environnement.